Prix Prévention de la Délinquance


Présentation

Créé en 2002, le Prix Prévention de la Délinquance (PPD) est un évènement incontournable de la prévention en France. Organisé conjointement par le Forum Français pour la Sécurité Urbaine (FFSU) et le Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance (CIPD), il nourrit l’ambition de donner une visibilité nationale et européenne à vos actions locales.

Tous les acteurs qui s’inscrivent dans une démarche préventive sont invités à concourir. Le prix récompense l’innovation et l’efficacité des pratiques de prévention mises en œuvre sur le long terme et évaluées. Les dossiers sont examinés par un jury composé d’experts et de professionnels exerçant dans le domaine de la prévention de la délinquance.

Le Prix Prévention de la Délinquance permet aux candidats d’impulser une dynamique nouvelle dans le champ des politiques publiques nationale et locale de prévention, de donner une visibilité aux actions efficaces et innovantes menées à tous les niveaux de gouvernance territoriale et de promouvoir son action en France et en Europe.

Récompenses

Le lauréat se voit décerner un prix de 10 000 € et représentera la France au Prix européen de prévention de la criminalité en fin d’année. Les deuxième et troisième Prix reçoivent respectivement la somme de 5000 € et de 3000 €.

 

 Le Prix Prévention de la Délinquance 2016:

Prévenir les violences et la criminalité envers les seniors

34801651_l

En 2016, 12 millions de Français ont plus de 60 ans et la part des personnes âgées dans la population générale augmentera fortement dans les prochaines années. La population des seniors recouvre néanmoins des réalités très diverses et il est important d’adapter l’accompagnement proposé aux spécificités des individus (âge, genre, autonomie, santé physique et mentale…) Cette population, diverse, a des besoins de prévention et de sécurisation spécifiques, dans l’espace privé comme dans l’espace public.

Une victimation difficile à appréhender

D’après les statistiques policières, les seniors seraient moins victimes de délits que les autres tranches d’âge , cependant, la statistique publique appréhende mal les victimes, les enquêtes de victimations spécifiques sont rares et les personnes âgées peuvent éprouver des difficultés à révéler les faits qu’elles subissent, voire à les identifier. De plus, les répercussions psychologiques (stress, angoisse de sortir seule du domicile) pour les victimes sont importantes même si le délit a peu de conséquences physiques .

Une population exposée à des risques spécifiques

Du fait de leur isolement et de la vulnérabilité induite par leur âge, les seniors peuvent apparaître comme des cibles faciles. Parmi les actes les plus dénoncés, on trouve principalement les délits tirant profit de leur faiblesse physique (agression, vol à l’arrachée, vol à la tire) ou de leur méconnaissance de certains risques comme le vol par ruses ou les escroqueries (démarchage abusif, escroquerie sur internet) . Une autre problématique, moins dénoncée mais très présente est aussi celle de la maltraitance au domicile par des proches (maltraitance physique, abus de faiblesses…) Il est donc nécessaire de les informer et sensibiliser sur ces risques sans pour autant diffuser un discours anxiogène qui renforcerait un sentiment d’insécurité déjà très présent.

Un sentiment d’insécurité important

Même s’il n’est pas toujours étayé par des faits, le sentiment d’insécurité est important au sein de la population senior , et peut entraîner un repli sur soi et un retrait de l’espace public. Cela nécessite donc de développer un accompagnement et un soutien spécifique pour ces populations afin de répondre à leur crainte et de prévenir leur exposition à des actes criminels.