Formations thématiques

Interlocuteurs privilégiés des habitants, les élus locaux, leurs collaborateurs et leurs partenaires jouent un rôle incontournable en matière de prévention de la délinquance. Bien accompagnés et mieux formés, élus et professionnels conduisent des politiques publiques plus efficientes. Fort de plus de 20 ans d’expérience en matière de sécurité urbaine, le Forum Français pour la Sécurité Urbaine a formé plusieurs centaines d’élus et de techniciens.

>>> Organisme de formation depuis plus de 25 ans, le FFSU est agréé pour la formation des élus locaux

Nos formations s’adressent à un public large et varié regroupant l’ensemble des acteurs de la prévention et de la sécurité : élus, coordonnateurs prévention-sécurité, policiers municipaux, représentants de l’Etat (police, gendarmerie, justice, délégués du Préfet), de la prévention spécialisée, de la médiation, associations spécialisées, bailleurs, transporteurs, entreprises privées de sécurité…

  • Favoriser les échanges de savoirs et d’expériences
  • Renforcer les capacités et connaissances des acteurs locaux
  • Accompagner dans la définition des stratégies de prévention de la délinquance et de sécurité urbaine
  • Conseiller et outiller pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation d’actions et de dispositifs

Nos formations allient apports théoriques et pratiques. Elles vous proposent :

  • Une mise en perspective des thématiques abordées par l’apport de la recherche en sociologie, en science politique et en droit
  • Des temps de débats entre pairs et avec des intervenants de haut niveau
  • Des outils méthodologiques adaptés à vos besoins
  • Des présentations de pratiques locales desquelles vous inspirer (françaises et d’autres pays européens).

Conçues et animées par l’équipe technique du FFSU, les formations du Forum sont dispensées par des professionnels et chercheurs, spécialistes des questions de sécurité urbaine.

Les formations ont lieu dans nos locaux situés au 10 rue des Montibœufs, dans le 20ème arrondissement de Paris, si le contexte sanitaire le permet (dans le cas contraire la date sera conservée mais la formation se tiendra en ligne).

Nouvelles formes de délinquance, nouveaux acteurs et dispositifs, innovations sociales et technologiques : depuis la loi du 5 mars 2007, de nouveaux défis et de nouvelles pratiques sont apparues, nécessitant une adaptation des stratégies nationales et locales, de la législation en vigueur et des outils de co-production.

Fort d’une expérience de plus de vingt ans d’accompagnement des collectivités territoriales dans la mise en œuvre de leurs politiques locales de sécurité, le FFSU souhaite offrir aux participants les outils et connaissances nécessaires pour animer leur partenariat et leur stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance.

Les professionnels participant à cette formation pourront bénéficier d’échanges d’expériences et de conseils pratiques autour des questions liées notamment à la mise en œuvre et à l’évaluation de leur STSPD, au travail en transversalité et à la mobilisation de partenaires multiples et variés, ainsi qu’à l’élaboration de leur diagnostic local de sécurité et de prévention de la délinquance.

Une demi-journée de retour d’expérience sera organisée le jeudi 16 décembre, afin que les participants puissent échanger autour des acquis de la formation et des difficultés potentiellement rencontrées.

L’usage de la ville change avec la nuit : les besoins et les attentes des citoyens ne sont pas les mêmes, les problématiques et les réponses possibles diffèrent de celles de la journée. Le développement d’espaces festifs et de modes de consommation excessive d’alcool et d’autres substances a des conséquences à la fois en matière de santé et de sécurité. Face à ces enjeux majeurs, la nuit les services publics fonctionnent souvent au ralenti et/ou ont été conçus pour la journée, ce qui génère des réponses parfois trop lentes ou peu adaptées. 

Cette formation permettra aux participants d’améliorer leur connaissance de la problématique, de s’approprier des outils pratiques et de renforcer les liens avec des professionnels d’autres secteurs. Cette formation s’adresse prioritairement aux professionnels de terrain, pratiquant l’aller-vers dans l’espace public (médiateurs, agents de police municipale…).

À travers une approche multi-partenariale, le FFSU présentera d’abord les enjeux sur la sécurité et la prévention propres à la nuit, ses acteurs clés et des outils communs pour améliorer l’aller-vers des publics considérés comme difficiles. Les participants pourront ensuite se plonger dans 3 modules centrés sur des thématiques particulières  : la prévention du harcèlement sexuel et le soutien aux victimes, la gestion des conflits liés à la consommation de substances et la gestion des conflits liées aux nuisances sonores.

 

Déroulement : 

La formation comporte 18h de formation en ligne réparties en 4 séances. L’inscription à cette formation entraîne la participation à l’ensemble des modules. : 

  • Séance 1, Introduction, 30 novembre 2021 de 10h00 à 13h00
  • Séance 2, Harcèlement sexuel, le 2 décembre 2021 de 10h00 à 15h00 
  • Séance 3, Conflits liés à l’abus de substances, le 7 décembre 2021 de 10h00 à 15h00
  • Séance 4, Nuisances sonores, le 9 décembre 2021, de 10h00 à 15h00

Que sait-on aujourd’hui sur le sentiment d’insécurité ? Quelles sont ses composantes et de quelle façon pèse-t-il sur le bien-être des personnes, leur perception du cadre de vie et des politiques publiques menées ? Comment peut-on le mesurer au niveau local pour mieux l’appréhender et pouvoir l’intégrer dans sa politique de sécurité ?

La matinée de cette formation apportera des éléments de compréhension sur le sentiment d’insécurité ainsi que des outils pour le mesurer (enquêtes de victimation, enquête auprès des acteurs de proximité, marche exploratoire, Eurobaromètre,…), adaptés aux collectivités locales. L’après-midi aura pour ambition de faire travailler collectivement les participants autour des enjeux de résorption du sentiment d’insécurité chez le citoyen, en utilisant notamment des méthodes d’animation et des états de l’art issus du projet européen CCI (Cutting crime impact – réduire la petite délinquance).

Comment empêcher que des jeunes deviennent acteurs du marché de la drogue et comment les aider à en sortir ? Quelles alternatives leur proposer ? Comment augmenter les capacités de résistance de la population ? Quel soutien apporter aux professionnels des quartiers touchés par le trafic ? Autant de questions qui seront abordées avec des experts et des acteurs locaux qui partageront les enseignements de leurs expériences afin d’offrir des pistes de réflexion et d’actions pour mener une politique offrant une alternative à l’emprise des réseaux de trafic et à la violence.

Les violences discriminatoires ont augmenté de façon inquiétante ces dernières années en Europe (homophobie, antisémitisme, racisme, …). Le Forum définit un acte de violence discriminatoire comme un incident violent que la victime, un témoin ou toute autre personne perçoit comme étant incité par un préjugé ou un biais, l’intolérance ou la haine, qu’il constitue ou non un délit ou un crime d’après le code pénal. Ces violences ont un impact considérable : elles touchent non seulement l’individu visé mais ont également un impact plus large sur l’ensemble de la communauté objet de la discrimination et mettent ainsi en danger la cohésion sociale. Par leur proximité avec les citoyens, les autorités locales peuvent jouer un rôle particulièrement important en matière de prévention et de sensibilisation et ainsi contribuer à créer un climat où la discrimination, les discours de haine et la violence n’ont pas leur place. Cette formation vise à apporter les connaissances et outils aux acteurs locaux pour qu’ils puissent intégrer la prévention et la lutte contre les violences discriminatoires dans leurs politiques de sécurité urbaine et de cohésion sociale.

La sécurité est une composante des politiques de mobilité autant que les mobilités sont un champ d’activité des politiques de sécurité.

La mobilité des personnes est un élément incontournable des politiques territoriales : elle fait partie intégrante des conditions de vie des habitants et contribue à leur qualité lorsqu’elle est adaptée aux besoins. La mobilité peut générer des risques, un sentiment d’insécurité et des comportements déviants : accidents, insultes, harcèlements, agressions, peurs, dégradations, etc. Les habitants ont une exigence de sécurité dans leur mobilité qui dépend de leurs usages (festif, professionnel, …), de la temporalité (jour, nuit), de leurs capacités et vulnérabilités. Répondre à ces enjeux nécessite d’associer les acteurs de la mobilité au continuum de la sécurité. Ces derniers peuvent contribuer à la sécurité, au sein d’un partenariat entre les acteurs publics et privés pour apporter des réponses aussi bien en matière de prévention que de sanction.

Participer à la formation vous permettra d’acquérir les fondamentaux et d’approfondir vos connaissances sur les liens entre sécurité et mobilités, ainsi que de bénéficier de retours d’expériences d’actions mises en place au plan local par des professionnels de la sécurité et par des acteurs de la mobilité, pour des mobilités sûres, respectant un équilibre entre la prévention, la sanction et les libertés fondamentales.

La délinquance des mineurs est une préoccupation importante des acteurs locaux et un axe fort de la stratégie nationale de prévention de la délinquance. La prise en charge de la délinquance juvénile nécessite de travailler avec un panel large d’acteurs allant des acteurs socio-éducatifs jusqu’aux acteurs de la chaîne pénale. Aussi, il est important de coordonner les réponses de prévention de la délinquance avec les politiques publiques d’accompagnement à la parentalité, d’aide sociale à l’enfance ou encore de réussite éducative. A travers cette formation, le FFSU vous propose d’analyser les liens entre co-éducation et prévention de la délinquance, de mieux appréhender le rôle des différents partenaires à mobiliser ainsi que les outils et instances de travail existants. 

Contact :

Guillaume Jaen, Responsable du pôle formation : formation@ffsu.org / 01.40.64.49.00

Une formation prise en charge par le droit individuel à la formation des élus (DIFE) ou par votre collectivité 
  • Tous les élus locaux disposent d’un droit individuel à la formation (DIFE). Ce droit permet de financer toutes les formations utiles aux élus dans l’exercice d’un mandat, dans la limite de 20h par an. Le décret no 2020-942 du 29 juillet 2020 relatif au droit individuel à la formation des élus locaux ouvre la possibilité pour les membres du conseil municipal d’acquérir et d’utiliser leur crédit annuel de vingt heures au titre du droit individuel à la formation au début de chaque année de mandat.
  • Les formations proposées sont éligibles au droit individuel à la formation selon les critères de la Caisse des Dépôts.
  • Il est également possible de se faire financer cette formation directement par votre collectivité.
Le FFSU dispose d’un agrément pour la formation des élus délivré par le Ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.
Retrouvez toutes les informations officielles sur le financement de la formation des élus locaux : Le droit à la formation des élus
Pour votre information, une formation est obligatoirement organisée au cours de la première année de mandat pour les élus ayant reçu une délégation.