Le réseau Hauts-de-France échange sur les enjeux du (dé)confinement


team meeting

Les coordonnateurs et directeurs prévention-sécurité des Hauts-de-France se sont réunis le 6 mai 2020 en visioconférence dans le cadre du réseau régional animé par le FFSU. Ouverte aux membres et non membres du FFSU, la réunion a réuni 9 professionnels sur les enjeux du confinement.

Les villes de Beauvais et de Lille étaient représentées ainsi que les CA de la Baie de Somme, l’agglomération du Douaisis, la CA Maubeuge Val de Sambre et le CISPD de Abscon-Douchy les Mines-Escaudain-Haveluy-Lourches.

Les précédentes réunions du réseau avaient permis d’aborder les thématiques des outils de mesure de la délinquance, du métier de coordonnateur prévention-sécurité et de la consommation et des trafics de stupéfiants.

Soutenir les publics vulnérables pendant la crise du Covid 19

De nombreuses collectivités locales ont été confrontées à la poursuite d’un accompagnement social sous la contrainte du confinement et des règles de distanciation physique. La question des seniors a notamment animé les échanges : l’isolement peut générer une hausse de sentiment d’insécurité et impacter directement les politiques de prévention. Plusieurs actions de cohésion sociale ont été initiées afin de conserver le lien entre appels téléphoniques, livraisons de repas ou cellule de soutien psychologique. Les services municipaux actifs pendant le confinement contribuent à ces actions. Au-delà du public seniors, certaines villes ont également ouverts des hébergements publics pour accueillir les publics les plus démunis présents sur l’espace public ou victimes d’actes délinquants. Plusieurs guichets d’aides aux femmes victimes de violences se sont ouverts dans les centres commerciaux et dans les pharmacies. A Douai, certaines officines sont allées jusqu’à proposer des permanences dédiées aux femmes victimes de violences.
Les services de médiation et la police municipale ont occupé une place essentielle dans les missions de prévention et le respect du confinement.

Préparer le déconfinement

La discussion sur le déconfinement a principalement porté sur la santé mentale. Les problématiques de santé mentale suscitent des inquiétudes pour les individus ayant suspendu leurs suivis mais également pour les individus confinés et les professionnels qui maintiennent leurs activités, notamment dans le secteur sanitaire. La santé mentale peut être travaillée dans le cadre du Conseil local de santé mentale s’il existe et permettre ainsi un partenariat entre acteurs de la santé et de la sécurité. .

Par ailleurs, la majorité des collectivités locales participant à la réunion ont réussi à assurer la continuité du service public en développant notamment des activités à distance qui seront prolongées au-delà du prochain déconfinement. L’utilisation des outils numériques entre désormais dans le panel des ressources à la disposition des villes pour assurer les missions de prévention-sécurité.