Quelques mots de la lauréate : Eva Grécale, Coordinatrice, Espace Les Monis, catégorie “prévention des violences discriminatoires”


image

> En quoi s’investir pour la prévention des violences discriminatoires est-il prioritaire pour vous aujourd’hui ?

C’est une priorité car cela participe au mieux vivre ensemble tant souhaité dans notre pays et à notre échelle dans notre ville et notre quartier. De plus notre public est directement concerné, il en devient donc un devoir pour nous de s’investir. C’est également une problématique mal connue et mal identifiée, le fait d’avoir des liens privilégiés avec ces habitantes nous permet d’apporter une plus-value dans l’évolution de la situation.

> Quels conseils donneriez-vous pour mettre en œuvre une action similaire à la vôtre ?

Être à l’écoute, comprendre, prendre le temps de partager et proposer sans jamais forcer. Avoir toujours une attitude bienveillante et rassurante. Prendre en considération les dispositions et les freins de chacuns. S’engager à hauteur de ses compétences et ses possibilités. Inclure et travailler en partenariat avec les instances et associations locales.

> En quoi postuler au PPD était-il important pour vous et que vous apporte le fait d’être lauréat ?

Il était important pour nous de faire connaître cette problématique à grande échelle et de partager des solutions potentiellement transposables à d’autres violences similaires. 

Le fait d’être lauréat, nous encourage dans notre action et cette reconnaissance nous apportera également un certain crédit non négligeable pour élargir notre champ d’intervention, développer notre action et obtenir des financements allant dans ce sens.

> Quelles sont les perspectives de développement de votre action ?

Proposer plus de temps de rencontre, d’échange et d’interaction entre les femmes et les jeunes notamment dans le milieu scolaire pour faire tomber les barrières et les préjugés.

Mener une campagne d’affichage en lien avec le CLSPD de la ville de Vitry-sur-Seine  interpellant les habitants, luttant contre les stéréotypes et dénonçant la situation.

Mais dans un premier temps, nous avons un travail de rapprochement à effectuer avec ces femmes car la crise sanitaire actuelle a accentué l’isolement de certaines : entre communauté montrée du doigt et peur de la maladie beaucoup préfèrent depuis mars rester en retrait et à l’écart.

>>> En savoir plus sur le Prix Prévention de la Délinquance